LE GRAND MEAULNES – ALAIN FOURNIER – 35

[ Les trésors du bohémien déstabilisent la classe]

LES UNS FEUILLETAIENT D UNE MAIN - letc1-s

… et écrivaient la dictée de l’autre main. »

—-

(sans les liens d’un mot à l’autre)

LES UNS FEUILLETAIENT D UNE MAIN - letc1-exp

(à cliquer)

Extrait du roman « Le grand Meaulnes » de Alain Fournier

Parcours de lecture

LES UNS FEUILLETAIENT D UNE MAIN - sr
(à cliquer)

En clair

LES UNS FEUILLETAIENT D UNE MAIN - txt0r

 —

Un extrait plus long qui contient cette citation

LES UNS FEUILLETAIENT D UNE MAIN - txt1r

 


____________________________

Les TAGS donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


N’hésitez pas à signaler une erreur


Passèrent aussi des livres tout neufs, dont j’avais, avec convoitise, lu les titres derrière la couverture des rares bouquins de notre bibliothèque : La Teppe aux Merks, La Roche aux Mouettes, Mon ami Benoist… Les uns feuilletaient d’une main sur leurs genoux ces volumes, venus on ne savait d’où, volés peut-être, et écrivaient la dictée de l’autre main.

LE VILLAGE PATHÉTIQUE – ANDRÉ DHÔTEL – 11

En téléchargement un livret de jeu gratuit des citations d’auteurs de l’écurie « Qazaq« .
(pour ordinateur .pdf  ou .epub pour liseuse)
Un livre ancien, offert par Jan Doets, et une lithonumérique numérotée, don de Anna Jouy, à gagner pour Noël.


     LE CHAT SAUTA SUR SES GENOUX - letcr1-exp1



Extrait du roman « Le Village pathétique »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

LE CHAT SAUTA SUR SES GENOUX - s1r

En clair

LE CHAT SAUTA SUR SES GENOUX - txt01r


 Merci de  signaler une erreur 


Le chat sauta sur ses genoux et se construisit dans la roble bleue un sommeil provisoire.

SAPHO – Alphonse Daudet – 01

« Une actrice, sans doute. Il en venait beaucoup chez Déchelette ; et cette pensée n’était pas pour le mettre à l’aise, ce genre de personnes lui faisant très peur…

ELLE LUI PARLAIT DE TOUT PRES UN COUDE AU GENOU LA TETE APPUYEE SUR LA MAIN AVEC UNE DOUCEUR GRAVE UN PEU LASSE-let

 » – Du Midi vraiment ?… Et des cheveux de ce blond-là !… Voilà une chose extraordinaire. « 

Extrait du roman « Sapho »

de  Alphonse Daudet

Parcours de lecture

ELLE LUI PARLAIT DE TOUT PRES UN COUDE AU GENOU LA TETE APPUYEE SUR LA MAIN AVEC UNE DOUCEUR GRAVE UN PEU LASSE-s

 —

En clair (sur babelio)

*

ELLE LUI PARLAIT DE TOUT PRES UN COUDE AU GENOU LA TETE APPUYEE SUR LA MAIN AVEC UNE DOUCEUR GRAVE UN PEU LASSE-txt

_____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Elle lui parlait de tout près, un coude au genou, la tête appuyée sur la main, avec une douceur grave, un peu lasse…