L’ÉVIDENCE ABSURDE – RENÉ DAUMAL – Liberté sans espoir 2

[Illusion de la rébellion ? ]

AGIR CONTRE UNE LOI EST ENCORE - letcr1- exp

AGIR CONTRE UNE LOI EST ENCORE - letcr1-s(Novice ?
ceci est pour toi
le lien d’un mot à l’autre est donné
il n’y qu’à cliquer pour agrandir)

 —

Extrait du recueil d’essais
« L’Evidence absurde 1926-1934 – Essais et notes 1 »
de René Daumal

dans « Liberté sans espoir »

parcours de lecture
AGIR CONTRE UNE LOI EST ENCORE - s

En clair

AGIR CONTRE UNE LOI EST ENCORE - txt0

 Un extrait plus long

AGIR CONTRE UNE LOI EST ENCORE - txt1

____________________________

les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


Merci de signaler une erreur 


C’est ici que commence à mourir l’esprit de révolte; car, dès qu’on a cru découvrir en soi-même une route à explorer, une nouvelle réalité à atteindre, les actions deviennent indifférentes et le monde étranger.

Celui qui est parvenu à ce point se meut dans le monde et accomplit les actions naturelles à l’homme avec cette constante pensée « Puisque je suis bien différent de tous ces êtres, mes semblables d’apparence, que je suis un ange et que cela seul m’importe, à quoi bon agir autrement qu’un autre ?» Il voit en même temps qu’agir contre une loi est encore agir selon cette loi; qu’agir systématiquement contre le désir est encore lui obéir; c’est l’attraction de la terre qui fait que le ballon s’éloigne de la terre.

Cet homme, qui ne croit l’être que de déguisement, à chacun de ses actes se dit avec un rire intérieur « Oui, j’agis vraiment tout à fait comme un homme. »

beloumbeloum* – contes de l’équateur– JAN DOETS -5

Pour tenter de rattraper l’erreur de la page précédente
(image disparue pendant un temps)
je donne exceptionnellement une seconde citation de la même oeuvre
Et mille excuses à JAN DOETS

Jan Doets de son territoire où il abrite les cosaques des frontières, évoque les terres qu’il connait bien pour y avoir vécu, et leurs habitants dont il a reçu une part de la mémoire en partage.
L’oeuvre est disponible aux éditions QazaQ  ici

*beloumbeloum délicieux pluriel (peut-on être moins numérique ?) de beloum


[pour un temps, oiseau]

SENSATION ÉTRANGE D ÊTRE - letcr1-exp

     —  

(Si tu es novice ici
clique sur l’image pour l’agrandir
les liens entre les mots sont visibles)

SENSATION ÉTRANGE D ÊTRE - letcr1-s    

 

Extrait du recueil
«beloumbeloum – contes de l’équateur »
de Jan Doets

Itinéraire de lecture

SENSATION ÉTRANGE D ÊTRE - sr

( à cliquer)

En clair

SENSATION ÉTRANGE D ÊTRE - txt0r

Un extrait plus long

SENSATION ÉTRANGE D ÊTRE - txt1r


Merci de signaler une erreur 


Nous patrouillons donc des kilomètres en hélicoptère à travers la forêt, tout en gardant contact avec les patrouilles de l’armée poursuivant  les saboteurs à terre.
Nous avons démonté les petites portes vitrées et  laissées sur terre. Me penchant dehors, pendu dans les ceinturons, je regarde verticalement au-dessous nous, walkie-talkie à la main, pour transmettre des informations. Sensation étrange d’être accroché dans le ciel comme un rapace.


 

beloumbeloum* – contes de l’équateur – « tremblor » – JAN DOETS -4

Rectifié
[je ne sais ce qui avait mangé
l’image]


Jan Doets de son territoire où il abrite les cosaques des frontières, évoque les terres qu’il connait bien pour y avoir vécu, et leurs habitants dont il a reçu une part de la mémoire en partage.
L’oeuvre est disponible aux éditions QazaQ  ici

*beloumbeloum délicieux pluriel (peut-on être moins numérique ?) de beloum


[La terre est vivante]

 ICI IL Y A DES PETITS TREMBLEMENTS - letcr1-exp

                         —                            

Extrait du recueil
«beloumbeloum – contes de l’équateur »
de Jan Doets

Itinéraire de lecture

ICI IL Y A DES PETITS TREMBLEMENTS - sr

En clair  sur babelio

ICI IL Y A DES PETITS TREMBLEMENTS - txt0r

Un extrait plus long

ICI IL Y A DES PETITS TREMBLEMENTS - txt1r


Merci de signaler une erreur 


Un jour, alors que nous descendions une allée, nous entendîmes un bruissement dans les palmiers. Il n’était pas causé par le vent mais par un temblor, un léger tremblement de terre qui secoue les arbres. Ici, il y a des petits tremblements de terre chaque jour, comme partout le long des Andes.