Poésie …

qu-est-ce-donc-que-cette-let*Si démunie
et pourtant
si puissante
si inutile
et pourtant
sans elle
nous serions entièrement
aux mains de
l’arRAISONneur

*


qu-est-ce-donc-que-cette-letex

Extrait de l’introduction du numéro de Mars 2002
de la revue Europe ayant pour titre « L’ardeur du poème »
Le premier texte de la revue porte également ce titre
Il est signé de Jean-Baptiste PARA et André VELTER

Le passeur de l’image, caché sous le texte, est Lucien Suel 


Qu’est-ce donc que cette activité qui ne connaît pas de frontières
alors qu’elle requiert une multitude de passeurs ?

Laissez moi descendre …

*existe-t-il-une-porte-pour-echapper-let

[…mais ou
est la sortie
?
celle qui ne donnerait pas
comme dans
« la grande beuverie »
sur un cagibi]

*


existe-t-il-une-porte-pour-echapper-letex
Ceci … en pensant à l’émission d’Alain Finkielkraut « réplique »
qui traitait ce jour « De la bêtise »
et plus particulièrement celle des hommes « très raisonnables« , au point qu’on les disent « très intelligents »

A cette occasion Le patron de l’émission à cité (il l’a déjà fait sur la chaîne)  ce passage éclairant, concernant le thème évoqué, de Chesterton (dans « Orthodoxie« )

« Le fou n’est pas celui qui a perdu la raison : le fou, c’est celui qui a tout perdu, sauf sa raison.« 

dont la suite est :

« L’explication qu’un fou donne d’une chose est toujours complète et souvent, dans un sens purement rationnel, satisfaisante. Ou, pour parler de façon plus précise, l’explication fournie par un insensé, si elle n’est pas concluante, est du moins irréfutable.« 

Il a bien … raison
je le sens bien ça !

A noter :  Denis Grozdanovitch  (auteur de   » Le génie de la bêtise« )   fait un assez long développement dans l’émission sur l’invasion de notre monde par « le concept » qui se substitue à la perception de chacun. La pensée n’étant plus le produit de la rencontre d’un environnement et d’une conscience qui ressent et s’interroge, mais d’abstraction pure qui s’y substitue sans que « les gens » (tous les gens) s’en aperçoivent. Et plus « l’intelligence » du sujet est élevé, plus cette infection (je forcis le trait) est profonde et … donne de l’assurance.

 


si vous ou moi avions affaire à un esprit menacé de la folie, il faudrait avant tout, non pas lui fournir des arguments, mais lui fournir de l’air, le convaincre qu’il existe quelque chose de plus propre et de plus frais en dehors du cercle asphyxiant de son argument unique.

La disparition

plus-nous-ameliorons-la-qualite-leti[le .. de H..R..UX  n’est pas seul
à disparaître.
On entend davantage de R..R.. JOY..UX
chez les miséreux d’HAïti
que dans nos salons bien équipés
et bien chauffés .
Depuis que l’homme est sorti
définitivement (?)
de l’..NFANC..
d’autres désertions l’affectent.]

*


plus-nous-ameliorons-la-qualite-letex

…  dès lors,
ne restent que
les autres
celles dont nous nous protégeons

en améliorant notre science
des prévisions.

(Clique sur l’image pour le parcours rapide)

Plus nous améliorons la qualité de nos prévisions du futur
et plus s’amenuise l’irruption d’une surprise … heureuse.

ELOGIO DELLA LENTEZZA – Lamberto Maffei

une-societe-qui-essaie-de-rivaliser-let*

[A lire
nécessairement
en lecture
lente]

*

*


une-societe-qui-essaie-de-rivaliser-letex

(cliquer pour le parcours de lecture)

[Le « live »  gagnera toujours contre le … ?*]

La traduction française porte le titre « Hâte-toi lentement »
(et le sous-titre : « sommes-nous programmés pour la vitesse du monde numérique ?« )

 

* On m’a dit qu’il ne fallait pas dire « le dead » pour nommer tout ce qui, autour de nous, n’est pas ou plus vivant …
je désespère pourtant de trouver un terme plus adéquat (« inerte
«  me semblant bien plus désespérant).

Lire la suite

Un Hymne À La Paix (16 Fois) – Voix De Femmes – Laurent Grisel

( …Enfin parce qu’ainsi, au centre des seize hymnes, comme leur axe, on sait que sans Voix de Femme il n’y a pas de paix. *)


Slow²Reading

on-ne-fete-pas-d-avoir-gagne-let*

[Quand vient la paix

faire, dire, nourrir
la paix

et LEUR donner.]

*


*

on-ne-fete-pas-d-avoir-gagne-letex

Extrait du recueil
« Un hymne à la paix (16 fois) »

de Laurent Grisel

 (Pour le parcours de lecture cliquer sur l’image)

 


 

Proposition du texte en voix :


Voix de Femme

On accueille la paix, on lui ouvre les bras –
allègres : quitter les usines d’armes,
plus de caisses d’obus ; sortir en plein jour,
le ciel est sans avions.
 
Et ces gars que la guerre nous a
rendus, étrangers, mutilés tous,
on les prend dans nos bras.
On fait vie avec. On refait vie avec.
 
Aller librement dans les ruines,
chercher librement de quoi nourrir,
habiller, bercer – se blottir, se reposer –
ouvrir grand les bras, embrasser,
recevoir les baisers, aimer,
serrer fort.
 
On va dans la paix
 
par écœurement du sang versé,
par lassitude d’avoir tant de morts à enterrer et d’être
encore vivantes,
par désir de silence,
par envie de dormir –
 
pour se réveiller,
pour s’y mettre, à nettoyer le plancher, à lessiver le
sang noirci,
pour faire tomber les ruines et en profiter, faire de
nouveaux plans, une passerelle,
planter un jardin qui ne sera pas dévasté –
 
pour avoir le temps,
pour partir à la recherche de ceux qui restent – qui a
survécu ?
pour se venger, enquêter, poursuivre,
les jeter en prison, eux –
 
pour prendre le temps,
pour faire des plans – loin et proches,
pour dire à l’enfant né :
toi tu auras le temps –
 
 
 
pour dire, pour que tous disent :
il y a défaite
générale.
On ne fête pas d’avoir gagné :
personne n’a gagné.
Perdu, nous avons tous perdu, tout le monde a
perdu,
il n’y a pas de victoire.
On fête : pas de victoire ;
on ne fête pas d’avoir été vainqueurs.
On fête : tous vaincus.
On fête : enfin il n’y aura plus de vainqueurs, jamais.
 
On fait des enfants qui vivront.

Ceux qui n’y voient goutte

ils-se-ressemblent-comme-letf*

*

[le même
n’est jamais
vraiment
le même]

*

*


ils-se-ressemblent-comme-letexf

Il est des mondes dont on ignore presque tout
hormis leurs mesures
d’eux
il vaut mieux se taire
le temps d’inventer les mots
qui à leur ressemblance.


« Ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau ! »

Ceux qui peuvent dire
cela ne connaissent rien des gouttes d’eau.

Ciel tenu dans la paume … Brigetoun

*

etait-ce-matin-des-vols-en-bande-letexx

etait-ce-matin-des-vols-en-bande-let

[Ciel
empli
du silence
de leur vol

gorgé
de leur absence]

*


 

 

C’…etait-ce-matin-des-vols-en-bande-letexx

Emprunt fait à la page de Brigitte Celerier
« Virée matinale, atelier au chaud l’après-midi »


 

 

Les lieux où
Brigitte Celerier choisit, évoque et lit, en voix, d’autres textes, d’autres auteurs : BRIGETOUN

Ses écrits, ses ciels, son Avignon et le monde qui habite autour :
PAUMÉE 

Brigitte Celerier
a publié chez Jan Doets
aux éditions Qazaq  « Ce serait … »

 


C’était ce matin, des vols en bande traversant ciel trop vite pour ma réaction, et une photo vierge de leurs traces, juste bleu.