« La grande beuverie » – René Daumal – Les paradis artificiels – 5 –

B05- — N’ EST - CE PAS QUE LE MOMENT-image

La grand beuverie - en Calabre

« Je m’étonnais, en gravissant un tertre fleuri de celluloïd, qu’un univers entier pût tenir dans cette soupente »

Nous vivons dans un placard
et nous l’ignorons
parce que nous l’avons doté
du confort.


Les paradis artificiels – 5 –
Est-ce une vision prémonitoire de René Daumal, qui devinerait ici les mondes virtuels que nous inventons, meublons et occupons ? …

 


« L’infirmier m’expliqua :
— Ici comme partout, mais ici on vous le fait remarquer tout spécialement, l’espace se fabrique selon les besoins.
Voulez-vous faire une promenade ? Vous projetez devant vous l’espace nécessaire que vous parcourez au fur et à mesure.
De même du temps.
Comme l’araignée sécrète le fil au bout duquel elle se laisse glisser, vous sécrétez le temps qu’il vous faut pour ce que vous avez à faire, et vous marchez le long de ce fil qui n’est visible que derrière vous mais qui n’est utilisable que devant vous.
Le tout est de bien calculer. Si le fil est trop long, il fait des plis et s’il est trop court, il casse.
Si je ne craignais pas d’attraper soif en parlant, je vous dirais pourquoi c’est si dangereux pour l’araignée d’avoir derrière elle un fil qui fait des plis. »…

  

B05- — N’ EST - CE PAS QUE LE MOMENT-let


 

B05- — N’ EST - CE PAS QUE LE MOMENT-image


« — N’est-ce pas que, le moment venu de remonter en ravalant son fil, les nœuds se mettent en travers du gosier…»

____________


La réponse est non. (?)

C’est bien du monde dans lequel nous vivons
(hors écran et gadget à univers calculés)
que René Daumal parle.
De même que dans notre tête « ça pense »
A la surface de notre peau « ça touche », de notre rétine « ça voit » …
Quand à nous,
nous vivons repliés dans
nos concepts du monde
placard
qui nous isole du réel
qu’un long et efficace apprentissage
nous a habitué à prendre pour
le dehors.

Mais Platon
disait-il autre chose


Les paradis artificiels 5,  complet (au format pdf) Les Paradis artificiels 5