Vers une redéfinition de l’intelligence …

*

L’école a toujours su
fabriquer des robots.

Avant même que les veaux
ne soient élevés en batterie
les petits d’homme l’étaient.

L ORDINATEUR CHAMPION DE LA SIMULATION-letexx

Mais la matière morte
est  bien plus adaptée
que la chair animale
à la réalisation d’entités
propres à obéir aux programmes
et à les approvisionner
en ces colossales quantités de nombres
nécessaires à leur fonctionnement.

A présent
(ou dans un futur proche)
que va t-on faire des hommes ?
Quelle place leur restera-t-il  sur Terre ?

Comment les parents pourront-ils
léguer à leur progéniture
ce qu’ils ont hérité de liberté ?

*

L ORDINATEUR CHAMPION DE LA SIMULATION-letex

?

L ORDINATEUR CHAMPION DE LA SIMULATION-s
(à cliquer)

?

Peut-être lui faut-il rebrousser le chemin
qu’a emprunté, contraint et forcé
LE COEUR CERF
(de Giono)

Le coeur cerf - 01

Le coeur cerf - 02Le coeur cerf - 03Le coeur cerf - 04

Le coeur cerf - 05

Le coeur cerf - 06

Le coeur cerf - 07

Le coeur cerf - 08

Le coeur cerf - 09

Le coeur cerf - 10

Le coeur cerf - 11

Le coeur cerf - 12

Le coeur cerf - 13

Le coeur cerf - 14Le coeur cerf - 15

Le coeur cerf - 17


Il était beau avec ses artères et ses veines qui jaillissaient
de lui comme les ramures jaillissent d’un cerf.

Ce que les mots nous disent … lorsqu’ils disparaissent

la-disparition-progressive-de-l-expression-let*

**

[L’homme
du futur
est
une voiture]

**


la-disparition-progressive-de-l-expression-letex

(cliquer pour le parcours de lecture)

Il y a les chemins qui te sont tracés
et il y a celui que tu te fais
en écoutant
tout ce qui te parle
en toi

raison, sensation, émotion.


La disparition progressive de l’expression « Tu fais bien ! » au profit de « Tu as raison ! » nous dit tout de ce que devient l’homme.

[Almanach] Christophe Sanchez …

[On pourrait voir dans cette « histoire de rien » comme il l’a taguée, comme l’annonce de la série qu’il a intitulée, 5 ans plus tard, « les gens ».
Même mélange de distance et de proximité, même tendresse,
et ce climat où la couleur de la vie le dispute au noir et blanc de …]

Lundi 23 mai 2011,
Christophe Sanchez, sur son blog « Fut-il.net »
donnait
« À la traîne« 

A LA TRAÎNE VOILÀ COMME ELLE SE SENT-letcr1-exp

                                                                       

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le passage et l’image  chez Christophe Sanchez 

 


Proposition de lecture


Écrasée sur son lit, tout son poids en fatigue sur les ressorts usés, elle jette un regard vide sur le plafond. Tant d’années écoulées sur cette couche, ce lit conjugal toujours tiré aux quatre points carrés. Sa main effleure le dessus de lit en satin beige, elle se souvient des peaux coulées, de la douceur des nuits défuntes. Sa tête enfouie dans le traversin moelleux, des bourrelets acouphènes aux oreilles et la mélancolie de ses cheveux gris qui tombe dans les creux.

En face, pendu à un clou, fixé avec soin par une cheville plastique pour ne pas abîmer le placoplâtre, un cadre au liseré bordeaux assorti au rideau et à l’intérieur, sauvegardés par un verre poli, deux personnages fixés sur une photo nette et propre : un homme heureux au costume cravate impeccable, une rose à la boutonnière et le sourire d’une naïve en robe blanche à l’interminable traîne de nacre.

A la traîne, voilà comme elle se sent, à cet instant, à la traîne de ce cliché sans émotion. Sur son lit, sur le mur, sa vie, une vie filtrée jusqu’à la lie, l’image d’Épinal en grimoire, des pages cornées jamais reprises et un goût âpre de sépia dans la bouche.