L’APOTHICAIRE – HENRI LOEVENBRUCK – 02

Pas vraiment tendres
les inquisiteurs
en ces temps-là.


« En somme, pour Guillaume Humbert,  .

CE MOINE DEFROQUE-letc1                                                                                     

 Extrait du roman « L’apothicaire »
de Henri Loevenbruck

(trop facile ? clique ici )

Parcours de lecture
CE MOINE DEFROQUE-s

En clair sur babelio

*

CE MOINE DEFROQUE-txt1

Un extrait plus long
CE MOINE DEFROQUE-txt2

___________________________________

Pour agrandir cliquer


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


L’instant d’après, l’Inquisiteur frappait à la porte du moine défroqué, qu’il connaissait de réputation, car la destitution du franciscain, cinq ans auparavant, avait fait grand bruit dans tout le royaume.
Pour ce que l’Inquisiteur s’en souvenait, Arnaud de Roulay avait été renvoyé de l’ordre des Frères mineurs car on lui reprochait de s’acoquiner avec les spirituels, qui prêchaient un retour strict à l’esprit de pauvreté de saint François d’Assise, s’opposant ainsi aux conventuels, lesquels maîtrisaient la confrérie à présent. Pis, on le soupçonnait d’entretenir quelque lien avec les fraticelles, ces anciens franciscains devenus hérétiques, et de défendre avec eux des thèses gnostiques.
En somme, pour Guillaume Humbert, ce moine défroqué était un client de choix : l’Inquisiteur avait déjà confondu nombreux renégats de son acabit.