« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 8 –

A08- POUR MOI C’ EST LE GOSIER-image

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.


Dialogue laborieux – 8–
L’art de l’explication
ne désaltère pas.

 


«J’éternuai. Quinze paires d’yeux me regardèrent sévèrement. Le temps que je me dise : « C’est ça qu’on appelle des yeux en boules de loto, bien que le loto soit désormais un jeu archaïque comme le bézigue, l’oie, la migraine, le suivez-moi-jeune-homme, le nez de Cléopâtre… », le temps que je laisse dégouliner mes guirlandes de mots familiers, tout le monde avait eu le temps de boire trois coups pour dissiper le malaise. »…

  

A08- POUR MOI C’ EST LE GOSIER-let


 

A08- POUR MOI C’ EST LE GOSIER-image


Pour moi, c’est le gosier sec que je dus souffrir les explications qui suivirent. »

____________

René Daumal semble partager
l’aversion que Joseph Jacotot *
a toujours manifesté
contre
l’explication.
Ce moment où l’on prétend
déplier l’intérieur d’un problème
à la manière de celui qui dissèque un cadavre
et en donner la solution.
Alors qu’en réalité
on s’arrête à la première phase

il en sera question plus loin
chez les Scients


Dialogue laborieux 8,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 08

 


* Merci encore mille fois à Viviane Lamarlère qui a mis à disposition les textes de ce merveilleux pédagogue (qui n’a jamais dissocié le savoir des circonstances où il peut naître dans la personne) dont celui-ci.

« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 7 –

A07- LORSQUE VOUS DITES-image

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.


Dialogue laborieux – 7 –
René Daumal brouille un peu
avec la complicité de Totochabo
les cartes de ce que l’on nomme
le savoir.
Fausse/Vraie piste
à propos du son et de la lumière
et
en SOMME ?

 


«— Vous voyez, dit à mon adresse Totochabo. J’en ai aussi marre que vous. Nous allons lui improviser un petit clouage de bec de fausse érudition.

Il reprit, plus haut :

— Je vous dirai d’aller pêcher les cancres ailleurs, car nous savons fort bien que sous l’aspect sensible du son se cache une essence silencieuse. C’est d’elle, de ce point critique où le germe du sensible n’a pas encore choisi d’être son ou lumière ou autre chose, de cet arrière-plan de la nature où qui voit, voit le son, où qui entend, entend les soleils, c’est de cette essence même que le son tire sa puissance et sa vertu ordonnatrice.

En me jetant un clin d’œil, il chuchota :

— Ça les calfeutre, hein ?

— Épaissement, répondis-je. Mais

»…

  

A07- LORSQUE VOUS DITES-let


 

A07- LORSQUE VOUS DITES-image


lorsque vous dites fausse érudition, voulez-vous signifier vrai savoir ? … »

____________

Dans la grande tradition de ceux qui
utilisaient l’argot (art goth ?)
et affublaient la véritable connaissance
d’habits de mauvais goût
René Daumal évoque ici
une unité que d’autres ont cherché
et cherchent encore
du côté des nombres et de leurs arrangements.


Dialogue laborieux 7,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 07

« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 6 –

A06-J’ AI OUBLIÉ DE DIRE-image

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.


Dialogue laborieux – 6–
Quelques petites égratignures
– ce n’est qu’un début … –
à ce qui est parfois considéré comme de l’art
et que mon correcteur orthographique
remplace parfois (dois-je dans ce cas précis lui donner tort ?)
par « lard ».
La science n’étant pas laissée de côté dans cette distribution.

 


«— … Le plus crétin des virtuoses, au bout de quelques années d’exercice, arrive à briser une coupe de cristal à distance, par la seule émission de la note exacte correspondant à l’équilibre instable de la matière vitreuse. On cite plusieurs violonistes, pas plus bêtes que d’autres, qui faisaient ça presque naturellement.

La maîtresse de maison est toujours très fière d’avoir sacrifié à l’Art, ou à la Science, selon les cas, la plus belle pièce de sa verrerie, un souvenir de famille, qui plus est, elle est tellement ravie qu’elle en oublie de gronder son fils qui vient de rentrer du lycée complètement saoul, le fils persistera dans le vice, échouera à ses examens, sera réduit à faire du commerce, deviendra riche et considéré, et toute cette chaîne d’effets est suspendue à un son musical déterminé, exprimable par un nombre.  »…

  

A06-J’ AI OUBLIÉ DE DIRE-let


 

A06-J’ AI OUBLIÉ DE DIRE-image


J’ai oublié de dire que le mot « Art » est le seul que les carpes soient capables de prononcer.

»

____________

Dans le texte complet du chapitre (donné ci-dessous en pdf), on trouvera
une dernière phrase délicieuse
qui évoque la raison possible
pour laquelle
certaines émissions télévisées
ont
et gardent
de l’audience
grâce ou en dépit
de la bêtise frôlant parfois l’absolu
(j’exabuse un peu bien sur …
on ne peut frôler « l‘absolu quoique » ce soit … et en revenir indemne)


Dialogue laborieux 6,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 05

« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 5 –

A05-PAS DE TRUCS -image

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.


Dialogue laborieux – 5 –
Ici nous sommes
à contrario de notre époque
qui se méfie du mystère non cartographié
et
vénère
celui qui l’est
tel que
« Les trous noirs »
« le big bang » (rien à voir avec la genèse (sourire)²)
« La matière manquante »

 


«L’Araucanien ayant bu, il y eut un grand silence. Puis une vieille dame cria sèchement :

— Pas de trucs de magie, ici ! Nous voulons des explications. Qui a cassé la guitare ? Et comment ? Et pourquoi ?

»…

  

A05-PAS DE TRUCS -let


 

A05-PAS DE TRUCS -image


Pas de trucs scientifiques, cria Othello de sa voix ferrailleuse, l’écume aux lèvres. Pas de trucs scientifiques, hein ? »

____________

On pourra
pour ceux qui connaissent la poétesse
songer à ce qui est écrit chez Tristan Félix

Ouvroir de poésie sauvage et magique.
Fabrique de créatures grotesques et tragiques.
Haut-fourneau de l’enfance et de l’animalité.
Observatoire des extrémités du vivant.
(et surtout …)
CHANTIER INTERDIT AU CONCEPT


Dialogue laborieux 5,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 05

« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 4 –

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.


Dialogue laborieux – 4 –
Nous avons le droit (? si nous le voulons bien)
à (y voir)
une allusion à la fameuse théorie
de l’aile du papillon
dans le domaine de
la création artistique.

 


« Avec la dernière syllabe (j’avais déjà assez bu pour trouver cela tout naturel) la guitare vola en éclats entre les mains de Gonzague.
Une des cordes lui cingla la lèvre supérieure. Il laissa quelques gouttes de sang tomber sur le dos de sa main. Puis il vida son verre.
Puis il nota sur son calepin les rudiments d’un poème extraordinaire qui devait être plagié le lendemain et trahi dans toutes les langues … »…

  

A04- PAR DEUX CENT DOUZE-let


 

A04- PAR DEUX CENT DOUZE-image


par deux cent douze petits poètes, d’où sortirent autant de mouvements artistiques d’avant-garde … »


, d’où vingt-sept bagarres historiques, trois révolutions politiques dans une ferme mexicaine, sept guerres sanglantes sur le Paropamise, une famine à Gibraltar, un volcan au Gabon (on n’avait jamais vu cela), un dictateur à Monaco et une gloire presque durable pour les minus habentes.

____________

La puissance de création de l’homme
n’a pas de limite
et ne se limite pas à l’art
il n’est qu’à voir ce que
les distributeurs d’informations
peuvent produire
à partir de
presque rien.

Il faut leur reconnaître
qu’ils sont aussi capables du contraire !


Dialogue laborieux 4,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 04

« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 3 –

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.


Dialogue laborieux – 3 –
Daumal évoque l’état
que nous considérons comme
conscient

et qui n’est selon lui que

 


« Faute de direction, nous étions emportés au gré des mots, des souvenirs, des manies, des rancunes et des sympathies. Faute d’un but, nous perdions le peu de force de nos pensées à enchaîner un calembour, à dire du mal des amis communs, à fuir les constatations désagréables,  »…

  

A03- À CHEVAUCHER DES DADAS-let


 

A03- À CHEVAUCHER DES DADAS-image1


à chevaucher des dadas, à enfoncer des portes ouvertes, à faire des grimaces et des grâces.»

____________

L’essai de demeurer conscient à soi-même
pendant plus d’une minute
suffit à comprendre
à quel point
comme dit « … »
la plupart du temps
nous ne pensons pas

cela pense en nous.


Dialogue laborieux 3,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 03

« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 2 –

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.

Plus que jamais, dans notre société qui court-circuite l’être, le monde réel, (et nous avec) est mis au placard.
René Daumal décrit l’intérieur de ce placard avec sa population de 
– découpeur de poil de lapin en quatre : les Scients
– aplatisseurs de mots en galette fine … mais étendue : les Sophes
– extracteurs de bout de pensée à projeter sur une toile, du bronze ou même du néant : les fabricateurs d’objets inutiles.


Dialogue laborieux – 2 –
Le personnage de derrière les fagots
adresse une de ses sentences
qui ponctueront la beuverie
des 10 ou mille (?) présents

il est question de la solitude.

 


« Si l’âme sœur arrive, ils ne peuvent plus supporter d’être deux, et chacun commence à se frénétiser pour devenir un avec l’objet de ses tiraillements intestins. N’a pas de bon sens : un, veut être deux ; deux, veut être un. Si l’âme sœur n’arrive pas, il se scinde en deux, il se dit : bonjour mon vieux,  »…

  

A02- IL SE JETTE DANS SES BRAS -let


 

A02- IL SE JETTE DANS SES BRAS -image


il se jette dans ses bras, il se recolle de travers et il se prend pour quelque chose, sinon pour quelqu’un.»

Vous n’avez pourtant qu’une chose en commun, c’est la solitude ; c’est-à-dire tout ou rien, cela dépend de vous..

____________

Presque une description
voire même une explication
de la création du monde
et de ce qui s’en suit.


Dialogue laborieux 2,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 02