« L’iris de Suse » – Jean Giono – 13

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Treizième page,
Tringlot voit
sans être vu humains, animaux

Et envol effrayé
d’un « petit moineau ».


 

« Il y avait toujours ce type qui engueulait son cheval mais paisiblement, comme une simple formalité. On ne voyait pas l’homme, d’ailleurs ; on ne voyait qu’un gros cheval rouge. Il n’y eut juste qu’un petit pépin :  …

P23 - UNE FILLETTE SAUTAIT À CLOCHE - PIED-let


 

P23 - UNE FILLETTE SAUTAIT À CLOCHE - PIED-image2

une fillette sautait à cloche-pied dans une marelle. Une voix de femme la fit s’envoler.»

 

« L’iris de Suse » – Jean Giono – 12

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Douzième page,
Tringlot dans sa recherche de la discrétion
cherche à se fondre dans la nature

Et se remémore sa fuite précipitée.


 

« Il pouvait très bien dégringoler dans cette sorte de tranchée sans se montrer, surtout en bombant un peu le dos. Il regrettait d’être habillé de son costume « hippique », un peu voyant, mais l’autre soir il avait été obligé de jouer la fille de l’air à toute vitesse. …

P22 - ÇA SENTAIT LE ROUSSI - let


 

P22 - ÇA SENTAIT LE ROUSSI - image

Ça sentait le roussi ! Et à ce moment-là, il ne s’agissait pas de faire l’artiste.»

 

« L’iris de Suse » – Jean Giono – 11

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Onzième page,
Tringlot traverse divers paysages montagneux

à distance de ce qui, humain ou non,
lui donne vie.


 

« A gauche, une tortueuse vallée encombrée de tertres, resserrée par des parois à plomb couvertes d’yeuses, remontait vers des massifs enchevêtrés. Entrelacé avec un ruisseau scintillant, un petit train d’intérêt local y serpentait. Il faisait des flonflons de fumée, au pas. La gorge étroite où il ahanait amplifiait le martèlement de ses bielles et le trimbalement de ses ferrailles.

P21 - IL TRAÎNAIT À LA MONTÉE-let


 

P21 - IL TRAÎNAIT À LA MONTÉE-image

Il traînait à la montée quatre wagons vers une bourgade enfoncée dans des éboulis et les décombres d’une montagne.»

 

« L’iris de Suse » – Jean Giono – 10

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Dixième page,
Tringlot imagine la conduite de ceux
qui sont à sa recherche.

Et décide de la direction à prendre.


 

« Le cachou et les clefs n’allaient pas se dégoûter si facilement, bien sûr ; ils allaient d’abord faire sentinelle un bon bout de temps au carrefour de la grand-route … après, ils patrouilleraient dans les deux sens jusqu’à une gare d’un côté et de l’autre. Ils ne peuvent pas négliger les gares, les salles d’attente, les horaires. Ils en avaient bien pour tout le jour…

P20 - IL FALLAIT DONC S’ ENFONCER-let


 

P20 - IL FALLAIT DONC S’ ENFONCER-image

Il fallait donc s’enfoncer tout de suite et le plus loin possible dans le pays sauvage.»

« L’iris de Suse » – Jean Giono – 9

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Neuvième page,
Tringlot en fuite à travers le vert et et ses senteurs
les routes et leurs découpes de l’espace

Une alerte sonne en lui.


 

« Après le passage de la victoria, Tringlot traversa la route, sauta un caniveau et se trouva sur une voie de chemin de fer qui longeait la route.Il enjamba le fil du disque ; il monta une lande qui sentait bon le thym et il entra dans le bois…

P20 - SOUS LE COUVERT IL S’ ARRÊTA-let


 

P20 - SOUS LE COUVERT IL S’ ARRÊTA-image2

… Sous le couvert il s’arrêta. « La mort attrape d’abord ceux qui courent » , se dit-il. »

« L’iris de Suse » – Jean Giono – 8

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Huitième page,
Tringlot en fuite à travers le vert et et ses senteurs
les routes et leurs découpes de l’espace.

Une alerte sonne en lui.


 

« L’aboi était vaguement répercuté par un écho : un hangar.
Tringlot évita la direction du chien et il se dirigea vers la grand-route. […]

P18 - IL NE FALLAIT PAS S’ ATTARDER -let


 

P18 - IL NE FALLAIT PAS S’ ATTARDER -image4

Il ne fallait pas s’attarder. Ce chien avait fini par inquiéter ses collègues, ils commençaient à donner de la voix.»

« L’iris de Suse » – Jean Giono – 7

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Septième page,
Tringlot, puisque les autres l’appellent ainsi
(bien qu’il se soit donné en secret un nom pour lui)
tente de passer son chemin
sans qu’il soit interrompu par ceux qui semblent ne pas lui vouloir que du bien.

Son dialogue intérieur nous en apprend un peu plus
sur lui.


 

« C’était en effet un pré et assez ras, fauché depuis peu.
Pas à pas, Tringlot s’éloigna de l’embuscade. Il ne faisait pas plus de bruit que celui de la chute des gravillons…

P17 - QUAND ON A FAIT SEPT ANS DE BIRIBI-let


 

P17 - QUAND ON A FAIT SEPT ANS DE BIRIBI-image

… Quand on a fait sept ans de Biribi, et qu’on s’en sort, on se confie volontiers à un certain romanesque. »