citation fantasmée … Averroès

*JE FANTASME DONC NOUS SOMMES-letc

[« Soixante-deux mille
quatre cent soixante-deux
répétitions
– très exactement –
fabriquent à tout coup
une vérité
 » *]

*

___
* La phrase est de Denis Grozdanovitch (« Le génie de la bêtise » page 65


Il suffit d’un titre, accolé à un nom et de quelques rebond sur la toile, pour inventer une nouvelle citation.

Pour s’en persuader, on peut entrer la recherche : citations averroes « je fantasme donc » sur un moteur de recherche de la toile, ou mieux sur Twitter.

On tombera alors sur la phrase « Je fantasme donc je suis » qui n’est en aucun cas du penseur arabe, invité posthume de l’émission d’Adèle Van Reth « les chemins de la philosophie« .
Pourtant, ce qui était le titre de l’émission a été « corrigé » par l’invité du jour Jean-Baptiste Brenet qui donnait plutôt « Je fantasme donc NOUS sommes« , comme équivalent (traduction ?) hypothétique par Averroès du « cogito ergo sum » (je pense donc je suis) de Descartes.

Mais, comme le dit la phrase citée plus haut de Denis Grozdanovitch la répétition fabrique la vérité** (bien plus surement que celui qui connaîtrait une vérité).

[On peut également se demander – devant l’absence de citation de la phrase « rectifiée » par le spécialiste d’Averroès – sur le nombre de personnes ayant entendu cette proposition de Jean-Baptiste Brenet ***

JE FANTASME DONC NOUS SOMMES-letex

La proposition d’ajustement – du titre de l’émission – par  Jean-Baptiste Brenet

JE FANTASME DONC NOUS SOMMES-s

____
** Rapport direct avec les « Champs morph(ogénét)iques » de Ruppert Sheldrake

*** Proposition qui ferait de Averroès un philosophe d’une très grande modernité, ouvert à une conscience collective humaine (dans l’esprit de la pensée de Pierre Levy )

2 commentaires sur “citation fantasmée … Averroès

  1. Citant Ibn Roshd (l’Averroes des latins), Dante écrit au chapitre I, 3 de sa Monarchie :  » Le terme extrême proposé à la puissance de l’humanité est la puissance, ou vertu, intellective. Et parce que cette puissance ne peut, d’un seul coup, se réduire toute entière en acte par le moyen d’un seul homme ou d’une communauté particulière, il est nécessaire qu’il règne dans le genre humain une multitude par le moyen de laquelle soit mise en acte cette puissance toute entière. »

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s