Caravaggio, le dernier jour – Bona Mangangu – 1

[ Bona Mangangu commence son récit par …
la fin de Caravage]

SUR UNE PLAGE DESERTE DE LA COTE - letcr1-exp

                                                     … ses emportements »

Extrait de « Caravaggio, le dernier jour » de Bona Mangangu
publié aux éditions publie.net

« Avant-dire »


Une lecture aidée
(le lien d’un mot à l’autre et donné)
à retourner en cliquant
SUR UNE PLAGE DESERTE DE LA COTE - letc1-sr

Parcours de lecture
(à cliquer)
SUR UNE PLAGE DESERTE DE LA COTE - sr

—-

En clair
(sur babelio *
ils ont apprécié )

SUR UNE PLAGE DESERTE DE LA COTE - txt0r

Un extrait plus long
SUR UNE PLAGE DESERTE DE LA COTE - txt1r


Porto Ercole, le 18 juillet 1610. Deux forteresses construites par les Espagnols au XVe siècle sur le Monte Argentario se font face, dominées par la mer : Fort Filippo II et la Rocca. La vieille ville à flanc de colline exhibe ses ocres, ses anciennes bâtisses, ses ruelles fleuries. Sur une plage déserte de la côte toscane, Caravaggio parle, seul, au seuil de la mort. Oublions sa langue pâteuse, ses emportements. Le vin qui coule de ses mots a suri. Mélange de sang et de sueur. C’est un tremblement de chemins inachevés que les replis de la mémoire dévoilent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s