TRAVERSER LES FORETS – Judith Bordas

EN TANT QUE FEMME J AI APPRIS-imageFrance Culture a proposé, le 11 novembre 2018,  dans le cadre de l’émission « Création on air » :
« Traverser les forêts »
Un essai radiophonique de Judith Bordas (« dramaturge et plasticienne qui travaille également en partenariat avec France Culture et la RTBF pour la réalisation de documentaires et essais de création sonore.« ) dans une Réalisation de Annabelle Brouard.

 


[présentation de l’émission]

TRAVERSER LES FORETS est un essai radiophonique qui a pour point de départ les lieux où une femme ne peut se rendre seule. Les lieux par nature interdits. 

Pendant deux ans Judith Bordas a interrogé plusieurs femmes sur la manière dont leur corps existait dans l’espace public, dans l’espace en général, sur la relation qu’elles entretenaient avec la peur et les stratégies et les mécanismes qu’elles mettaient en place pour continuer à aller justement là où elles avaient envie d’aller. 


EN TANT QUE FEMME J AI APPRIS-image2

L’homme et la femme ne traversent pas les forêts  avec la même facilité, le petit chaperon rouge en sait quelque chose.

[Extrait ]

« …EN TANT QUE FEMME J AI APPRIS-LET1

                                     … : il consiste au jeu en pointillés d’une marche alternée rapide et lente la nuit : une sorte de long message codé lancé dans le vide, au dessus des immeubles : j’ai appris notamment à tenir des conversations avec un téléphone éteint, à lever le nez au ciel pour donner l’illusion de chercher le numéro d’une rue, à boiter. À parler une autre langue. Plus absurde encore : j’ai appris à ralentir quand le danger triture mon dos afin de feindre de ne pas avoir peur.
Depuis l’enfance les zones où je suis invisible, où l’on ne peut me voir, me sont interdites, les zones non éclairées, les petits lacs noirs et les diverses ombres portées des immeubles me sont déconseillés, les espaces où l’on ne pourra me venir en aide sont bannis de ma trajectoire : de ma vie je ne traverserai peut-être jamais une forêt toute seule ».  


Deux extraits en vidéo

 


Une émission à réécouter ici « Traverser les forêts »

[L’occasion pour un homme de comprendre en quoi la domination masculine stérilise tout une partie du potentiel créatif de la femme … contrainte chaque fois qu’elle traverse un territoire incertain (et parfois même sa propre demeure peut le devenir) à mobiliser la plus grande partie de son être pour parler cette langue absurde évoquée plus haut.]

demain je nettoie le ciel … – Anna Jouy

Sur son blog des Anna Jouy à déposé
dans sa rubrique   » poèmes » 

 » demain je nettoie le ciel j’ai vu qu’il y…  « 

Extrait

J AI DANS L IDÉE QUE LE DERNIER INVITÉ-let

Le texte entier chez Anna Jouy

 

[Anna Jouy … le soleil … les passages ]


Lire ses textes déposés chez les cosaques des frontières de JAN DOETS

Anna Jouy aux éditions Qazaq


 

demain je nettoie le ciel
j’ai vu qu’il y restait des traces de pas
le chemin oublié d’un pèlerin de poussière
j’ai dans l’idée que le dernier invité de la mort avait les pieds mouillés et une semelle de terre
mais pour affiner l’au-delà j’ai besoin d’un escabeau
à la cueillette des blanches éponges

Aforismi – Falcone

Emprunt de la phrase du jour au site italien Aforismi 
qui propose un aphorisme par jour.
(7 Novembre 2018)

La citation est de Giovanni Falcone*

*Juge de Palerme qui a combattu la mafia et a été assassiné par cette organisation.
Il a en Italie le statu d’un héro national pour le procès qu’il est parvenu à orgnaniser dans le cadre de la lutte antimafia.

 

« Gli uomini passano, le idee restano.

RESTANO LE LORO TENSIONI MORALI-let

Giovanni Falcone est parvenu à gommer quelques cases noires dans la Sicile corrompue par la Mafia

Il en reste encore bien trop sous des noms variés
parfois même un de ceux qui sont censés la combattre.

Ce sont ces derniers qui ont empêché le Juge propre d’aller au bout de sa tâche
par
des moyens légaux … d’autorité
et d’autres.

RESTANO LE LORO TENSIONI MORALI-sol

cliquer pour agrandir
clicca per ingrandire

La phrase sur le site Aforismi 

 

(Aide à la traduction … à ajuster en compréhension)

Les hommes passent, les idées restent. Leurs tensions morales demeurent et elles continueront à marcher sur les jambes d’autres hommes.

Aforismi – Einstein

SlowReading

Emprunt de la phrase du jour au site italien Aforismi 
qui propose un aphorisme par jour.
(6 Novembre 2018)

La citation est de Albert Einstein

On peut mettre celle-ci en regard de la formule « Publier ou périr » qui résume la pression que connaissent ceux pour lesquels la science est … un métier.

La scienza è una cosa meravigliosa-let

La version française de cet aphorisme est

LA SCIENCE EST UNE CHOSE MERVEILLEUSE-let

 

La phrase sur le site Aforismi 

Ici dans sa version française


Publier ou périr (sur Wikipedia)

 

Je pense à un jeune ami récent thésard « doctoré »
auquel on a reproché une écriture trop soignée …
jugée inutile parce que « personne ne lira son document en dehors du jury »
(ce qui est faux au moins une fois puisque je l’ai lue
… dans la partie que je suis parvenu à comprendre

 et que j’ai apprécié une langue non réduite à la partie mécanique du sens.)


Un prolongement … « Science sous pression »
ou quand des scientifiques « revendiquent une pratique de la recherche scientifique à plus long terme. Ils se posent en faveur d’une « science lente » (Slow Science), un mouvement idéologique selon lequel l’institutionnalisation et la structure actuelle de la recherche menacent la qualité de sa production. »

[Le principe des mots liés est précisément le ralentissement … à savoir celui de la lecture. Donner à découvrir le sens petit à petit, la lecture rapide à laquelle nous sommes accoutumés, ayant tendance (comme le dit Lucien Suel*) à brûler les mots.
Paul Virilio, disparu récemment, apprécierait ce mouvement de lutte contre la pression de la vitesse.
Voir l’article de libération « La vitesse réduit le monde à rien« ]

« Les phrases défilent dans la flamme jaune et fuligineuse d’un briquet à essence qui lit à la vitesse de la lumière en brûlant l’être de papier. »

– Lucien Suel [2] « Théorie des orages » pages 17 et 18